j'aime la galette...

Publié le 10 Janvier 2010

Et oui, cette semaine, on fêtait les rois, et à cette période, je confectionne de mes petites mimines une galettes fourrée à la crême d'amande, une recette que je fais depuis que j'ai l'âge de , aller, sans éxagérer, 18 ans, et peut être même avant...

La recette de base, c'est celle du Pithiviers... Voici comment je l'ai préparé cette année, en partant de ma recette fétiche, que ma soeur m'avait d'ailleurs piqué, c'est dire si c'est une bonne recette !

Il faut se procurer avant de commencer, c'est mieux, 2 abaisses de pâte feuilletée, non, je ne prépare pas ma pâte moi même, même pas honte, de la poudre d'amande, du beurre, du sucre glace, c'est mieux, parole de patissier, des oeufs, un peu de rhum, ou du cognac, ça c'est facultatif, c'est juste pour améliorer le goût et rendre la farce plus moelleuse, et puis il faut aussi quelque chose pour dorer la galette, pour ma part, j'utilise ce qu'il y a dans mon frigo, et là, ce fut un reste de crème à café. Et puis, innovation de cette année, que j'ai trouvé sur Marmiton, c'était la recette de la newsletter de la semaine, des poires. Comme là où je vis, je trouve les poires pas terribles, mais pas terribles du tout, j'ai opté pour des poires en conserve, une boîte moyenne.

Bien, allons y ! d'abord, je prépare la crème d'amandes. Je fais ramollir le beurre en le passant au micro onde à la  plus petite puissance, une petite minute, c'est juste pour pouvoir le travailler. Il en faut 150 g. J'y ajoute 150 g d'amandes moulues, et 150 g de sucre glace, je touille avec ma fidèle cuiller en bois, fi de la super hygiène en cuisine, puis j'ajoute 2 oeufs entiers, enfin, bien sur que j'enlève la coquille ! et une cuiller à soupe de cognac. Je touille toujours....

Je déballe une abaisse de pâte feuilletée, je la laisse sur le papier qui l'entoure, puis je tartine très généreusement le centre de la pâte avec la mixture de crème d'amande, en laissant environ 1,5 à 2 cm de libre sur les bords, sur lesquels je passe de l'eau avec un pinceau. Puis j'ajoute les poires taillées en lamelles sur la crème d'amande...

la galette à la frangipane et aux poires

Je déballe la deuxième abaisse de pâte feuilletée, et pour celle-ci, pas besoin de conserver le papier, sauf si ça vous fait plaisir, je ne voudrais pas vous en priver.... je la pose délicatement sur la précédente, ce qui aura pour conséquence d'emprisonner la crème d'amande habillée de lamelles de poires. Je presse les bords humides pour les souder, et je les roulotte tranquillement.

Ensuite arrive le côté réellement créatif de la recette, la décoration de la pâte. J'ai écrit quelque chose, j'ai dessiné des coeurs, j'ai doré la galette en la badigeonnant de crème à café, et comme j'avais préchauffé le four à 220 ° C, j'ai enfourné la jolie galette bien décorée.

la galette prête à passer au four
Environ 30 minutes plus tard, j'ai pu sortir la galette du four, et là, cruelle déception, mon travail artistique et hautement créatif ne se voyait plus, mais plus du tout... donc, admirez le grâce à cette photo, qui devient de ce fait totalement historique, bien qu'inutile, il faut bien l'avouer...

Bref, hormis cet instant d'une rare intensité dramatique, j'ai pu goûter le fruit de mon dur labeur après refroidissement, et je fus transporté de bonheur : la recette est toujours aussi bonne, et les poires amènent un petit plus moelleux pas mauvais du tout...


la galette sort du four...


Je vous confie donc cette recette et vous demande d'en faire un bon usage...

Rédigé par la Zette

Publié dans #gourmandizette

Repost 0
Commenter cet article